Tintin et la beauté de la vie

Articolo pubblicato il 15 ottobre 2014
Pubblicato dalla community
Articolo pubblicato il 15 ottobre 2014

Attenzione, questo articolo non è stato ancora editato, né pubblicato in alcun gruppo

On découvre Tintin quand on est gamin. Moi, à 20 ans, j'étais un gamin.

Soirée tranquille chez des amis, deux bières, une clope et Lui. Héros des deux mondes, Garibaldi, héros des quatre mondes, Tintin. Il a voyagé l'Europe, l'Asie, Les Ameriques. Il a été envoyé sur la lune avant les russes, avant les americains, avant l'homme.Ses histoires nous ont donnés l'envie de partir, de franchir la ligne.

Le lotus bleu l'envie d'essayer l'oppium dans une “ fumerie “ à Katmandou, le crabe aux pinces d'or de nous perdre au milieu du désert du Sahara, l'oreille cassée d'aller lutter pour les droits de l'Amérique Latine.On a commencé a lire les bd avec la passion des gosses. Idées, projets de vie, voyages, tous nous ramenait à Tintin.

Le Musée de l'Afrique Centrale de Tervuren a donné vie a nos rêves.Hergé n'a pas tourné le monde, il a tout pensé depuis Bruxelles. Ici il étudie les animaux, les cultures, les religions qui peuplent ses histoires. Tintin est le stéréotype du jeune belge: cheveux roux, pâle , taches de rousseur. Mais la Belgique est les turcs, les arabes, les congolais. 

La Belgique est aussi trop petite et le jeune Hergé le sait. Si on peux pas aller loin il faut songer de le faire. Il commence par le Congo, qui n'est pas tout à fait loin. Il y a le roi, son royame, sa ville, tout est là-bas. Tous sont fascinés par le charme de ce grand pays lointan aux années 30, notre écrivain ne fait pas exception. Son histoire fait ses débuts ici, ses enquêtes l'emmèneront au-delà de l'imaginable.Les personnages des bd sont souvent stéréotypés, comme ça on fait vite a dire que Hergé est raciste, moi je dirais plutôt qu'il était curieux.

Son goût pour la recherche lui fait parcourir des terrains parfois glissants, mais lui fait aussi connaître le monde dans sa complexité dès son fauteuil.

Un anthropologue, un sociologue, un historien, un philosophe, pas un simple xénophobe.

Si c'est vrai que dans Tintin au Congo il est pas trop respectuex des animaux, il est aussi vrai que son copain le plus fidèle est un chien, Milou.

Il passe ses journées a se documenter sur les mondes lointanes. Il veut savoir les langues, les religions, les moeurs de l'autre coté de la rive. Son pote Zhang Chongren, artiste et sculpteur chinois a inspiré le personnages de Tchang. Sans lui il y aurait pas de Lotus bleu ni de Tintin au Tibet. L'exotisme est sa plus grande passion, mais à la fin il revient toujours sur Bxl.